05 février 2010

COURAN

   
 

Sourate   5 et 6

 

http://nachouraqui.tripod.com/1x1.gif

 

 

 

http://nachouraqui.tripod.com/1x1.gif

 
 

SOURATE 5.

 

 

 

LA TABLE

 

AL-MÂ’IDAT

 

 

 

La Table: Le titre de cette sourate de   cent vingt versets est tiré du verset 112. Les commentaires la situent   chronologiquement à la suite de la sourate 48, la Victoire, et situent sa   proclamation à ‘Arafât, le vendredi 26 février 632, lors du pèlerinage des   Adieux: elle est ainsi considérée comme l’une des dernières du Coran. La   Table en question, miraculeuse, est celle que les Envoyés demandent à Jésus   de faire descendre du ciel (4, 112). La sourate est parfois intitulée d’après   son premier verset: les Obligations.

 

 

 

Sourate 5.

 

 

 

LA TABLE

 

AL-MÂ’IDAT

 

 

 

Au nom d’Allah,

 

le Matriciant, le Matriciel...

 

 

 

Moitié du Hizb Onze

 

 

 

1.     Ohé, ceux qui   adhèrent,

 

remplissez les obligations !

 

Les bêtes de bétail vous sont permises,

 

sauf celles qui vous sont spécifiées,

 

et sauf le gibier

 

quand vous êtes en état sacral.

 

Voici, Allah juge ce qu’il veut.

 

 

 

2.     Ohé, ceux qui   adhèrent,

 

ne profanez pas les rites d’Allah,

 

le mois sacré, l’offrande, les   guirlandes,

 

ni ceux qui se dirigent vers la Maison   Interdite,

 

en recherchant la grâce et le gré de   leur Rabb.

 

Quand vous serez désacralisés, chassez.

 

Que la haine ne vous poursuive pas,

 

contre ceux qui se levaient

 

pour vous écarter de la Mosquée   Interdite:

 

ne vous dressez pas contre eux.

 

Entraidez-vous dans la transparence et   le frémissement,

 

non dans l’iniquité et l’abus.

 

Frémissez d’Allah,

 

Voici, Allah, inexorable au châtiment.

 

 

 

3.     Vous sont   interdits

 

la charogne, le sang, la viande de porc;

 

ce qui est immolé pour un autre   qu’Allah;

 

l’étouffée, l’assommée, la culbutée,   l’encornée;

 

celle que le fauve a dévorée,

 

sauf quand vous aurez pu l’immoler sur   des stèles.

 

Vous présagez avec des flèches: c’est de   la scélératesse.

 

Aujourd’hui, ceux qui effacent votre   créance désespèrent.

 

Ne les redoutez pas: redoutez-moi.

 

Aujourd’hui, j’ai réalisé pour vous   votre créance,

 

j’ai parachevé sur vous mon ravissement.

 

Pour créance, je veux pour vous la   pacification, al-islâm.

 

Sous la contrainte de la faim, sans   intention mauvaise,

 

nul n’est inique:

 

Voici, Allah, indulgent, matriciel.

 

 

 

4.     Ils   t’interrogent sur ce qui leur est permis.

 

Dis: « Les bonnes nourritures vous   sont permises

 

et ce que vous prenez aux prédateurs

 

et aux chiens à qui vous apprenez

 

ce qu’Allah vous apprend:

 

nourrissez-vous de ce qu’ils vous   apportent,

 

après avoir invoqué dessus le nom   d’Allah. »

 

Frémissez d’Allah,

 

Voici, Allah, prompt au compte.

 

 

 

5.     Aujourd’hui,   les bonnes nourritures vous sont permises.

 

La nourriture de ceux qui ont reçu   l’Écrit

 

vous est permise, et votre nourriture   leur est permise.

 

Sont licites pour vous, les vertueuses   parmi les adhérentes

 

et les vertueuses à qui l’Écrit a été   donné avant vous,

 

quand vous leur aurez donné leurs   douaires

 

non en fornicateurs ni en preneurs de   maîtresses.

 

Qui efface l’amen rend son oeuvre vaine.

 

Il sera parmi les perdants dans l’Autre   monde.

 

 

 

6.     Ohé, ceux qui   adhèrent,

 

quand vous vous levez pour la prière

 

lavez vos faces et vos mains jusqu’aux   coudes.

 

Messiez vos têtes et vos pieds jusqu’aux   chevilles.

 

Purifiez-vous, si vous êtes pollués,

 

si vous êtes malades ou en voyage,

 

si l’un d’entre vous vient des latrines,

 

ou si vous avez touché à des femmes.

 

Si vous ne trouvez pas d’eau,

 

prenez un bon sol

 

et messiez avec vos faces et vos mains.

 

Allah ne veut rien mettre contre vous   d’exorbitant,

 

mais il veut vous purifier

 

et parfaire en vous son ravissement

 

pour que vous lui soyez reconnaissants.

 

 

 

7.     Commémorez le   ravissement d’Allah sur vous

 

et son alliance par laquelle vous vous   êtes alliés

 

quand vous avez dit: « Nous   entendons: nous obéirons. »

 

Frémissez d’Allah,

 

Allah, le connaisseur du contenu des   poitrines.

 

 

 

8.     Ohé, ceux qui   adhèrent,

 

soyez droits envers Allah, en témoins   impartiaux.

 

L’exécration d’un peuple ne vous   incriminera pas:

 

soyez équitables, au plus proche du   frémissement.

 

Frémissez d’Allah.

 

Voici Allah informé de ce que vous   faites.

 

 

 

9.     Allah promet,   à ceux qui adhèrent et sont probes,

 

absolution et salaire grandiose.

 

 

 

10.     Ceux qui   effacent et nient nos Signes

 

sont les Compagnons du Brasier.

 

 

 

11.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

commémorez le ravissement d’Allah sur   vous.

 

Quand un peuple brandit ses mains contre   vous,

 

Allah les détourne de vous.

 

Frémissez d’Allah !

 

Appuyez-vous sur Allah, vous tous, les   adhérents.

 

 

 

12.     Ainsi Allah   a fait alliance avec les Fils d’Isrâ’îl.

 

Il a suscité parmi eux douze chefs.

 

Allah a dit: « Je suis avec vous,   si vous élevez la prière,

 

donnez la dîme, adhérez à mes Envoyés:

 

aidez-les, en prêtant à Allah un beau   prêt.

 

J’effacerai vos méfaits,

 

et vous ferai entrer dans les Jardins

 

sous lesquels courent les   fleuves. »

 

Celui d’entre vous qui efface

 

se fourvoie, hors du sentier, dans le   mal.

 

 

 

13.     Mais parce   qu’ils ont rompu leur alliance,

 

nous les avons honnis,

 

nous avons mis la dureté dans leur   coeur.

 

Ils détournent la parole de ses sens

 

et oublient une partie de ce qu’ils en   mémorisaient.

 

Tu ne cesseras de soulever la traîtrise   en eux,

 

sauf chez quelques rares d’entre eux.

 

Mais sois tolérant pour eux et pardonne.

 

Voici Allah aime les excellents.

 

 

 

14.     Et de ceux   qui disent: « Nous sommes Nazaréens »,

 

nous avons fait alliance avec eux.

 

Ils oublient une partie de ce qu’ils en   mémorisent.

 

Cependant nous susciterons parmi eux

 

l’hostilité et la haine

 

jusqu’au jour du Relèvement.

 

Alors, Allah les avisera de ce qu’ils   étaient à perpétrer.

 

 

 

15.     Ô Tentes de   l’Écrit,

 

notre Envoyé est venu vous faire   discerner

 

beaucoup de ce que vous cachiez de   l’Écrit.

 

Mais ils en omettent encore beaucoup.

 

La lumière d’Allah vous est déjà   parvenue,

 

avec un Écrit évident.

 

 

 

16.     Allah guide   avec lui ceux qui suivent, selon son gré,

 

les sentiers de la paix.

 

Il les sort des ténèbres à la lumière,

 

puis il les guide vers le chemin   ascendant.

 

 

 

17.     Ainsi, ils   effacent, ceux qui disent:

 

« Voici, Allah est le Messie, fils   de Mariyam ! »

 

Dis: « Qui s’opposerait à Allah   s’il voulait

 

faire périr le Messie, fils de Mariyam,   sa mère,

 

et tous, ensemble, sur   terre ? »

 

Allah, souverain des ciels, de la terre,   et de l’entre-deux,

 

crée ce qu’il décide, Allah, puissant en   tout.

 

 

 

18.     Les Judéens   et les Nazaréens disent:

 

« Nous sommes les fils d’Allah et   ses amants ! »

 

Dis: « Pourquoi vous torture-t-il   pour vos fautes ?

 

Vous, vous êtes de la chair qu’il   crée. »

 

Il pardonne qui il décide, il torture   qui il décide,

 

Allah, souverain des ciels, de la terre,   et de l’entre-deux:

 

à Lui tout devenir.

 

 

 

19.     Ohé, Tentes   de l’Écrit,

 

notre Envoyé est venu vous faire   discerner,

 

après l’intermittence des Envoyés,

 

pour que vous ne disiez pas:

 

« Il ne nous vient pas   d’annonciateur ni d’alerteur. »

 

Oui, un Annonciateur, un Alerteur, est   déjà venu à vous,

 

Allah, fort au-dessus de tout.

 

 

 

20.     Quand Mûssa   dit à son peuple: « Ô mon peuple,

 

mémorisez le ravissement d’Allah,

 

quand il vous a donné des Nabis et des   rois,

 

ce qu’il n’avait fait pour aucun autre   univers.

 

 

 

21.     Ô mon   peuple,

 

entrez en Terre du Sanctuaire,

 

inscrite pour vous par Allah,

 

ne revenez plus sur vos pas,

 

vous retourneriez en perdants. »

 

 

 

22.     Ils disent:   « Ô Mûssa !

 

Voici, là se trouve un peuple de héros.

 

Nous n’entrerons pas chez eux avant   qu’ils n’en sortent.

 

Nous n’y entrerons que quand ils en   sortiront. »

 

 

 

23.     Parmi eux,   deux hommes qu’Allah a ravis

 

et qui frémissent d’Allah, disant:

 

« Entrez contre eux, par la porte.

 

Quand vous serez entrés, vous   vaincrez. »

 

Fiez-vous à Allah, si vous êtes des   adhérents.

 

 

 

24.     Ils disent:   « Ô Mûssa,

 

voici, nous n’y entrerons jamais, tant   qu’ils y seront.

 

Pars donc, avec ton Rabb, et combattez.

 

Voici, nous, nous restons ici. »

 

 

 

25.     Il dit:   « Rabb, je ne réponds

 

que de moi-même et de mon frère.

 

Sépare-nous d’un peuple de   dévoyés ! »

 

 

 

26.     Il dit:   « Le pays que voici lui est interdit.

 

Ils erreront sur terre quarante années.

 

Ne te désole pas pour ce peuple de   dévoyés ! »

 

 

 

Hizb Douze

 

 

 

27.     Raconte leur   l’histoire des deux fils d’Adam.

 

En vérité, quand ils ont présenté une   offrande à Allah,

 

Il l’a reçue de l’un,

 

et refusée de l’autre.

 

Celui-ci dit: « Je te   tuerai. »

 

Il dit: « Allah n’accepte   d’offrande que des frémissants. »

 

 

 

28.     Si tu élèves   ta main contre moi pour me tuer,

 

je ne l’élèverai pas contre toi,

 

je ne te tuerai pas.

 

Je crains Allah, Rabb des univers.

 

 

 

29.     Je veux que   tu portes ma faute avec ta faute,

 

parmi les Compagnons du Feu, lot des   fraudeurs.

 

 

 

30.     Il lui est   suggéré de tuer son frère,

 

et il le tue.

 

Il comparaît parmi les perdants.

 

 

 

31.     Allah   suscite un corbeau

 

qui gratte la terre pour lui apprendre

 

comment recouvrir la dépouille de son   frère.

 

Il dit: « Aïe !

 

Je suis incapable de faire comme ce   corbeau

 

et de recouvrir la dépouille de mon   frère ? »

 

Et il comparaît parmi les repentis.

 

 

 

32.     Alors, pour   les Fils d’Isrâ’îl, nous avons écrit ceci:

 

« Voici, qui tue quelqu’un

 

qui n’a tué personne ni semé de violence   sur terre

 

est comme s’il avait tué tous les   hommes.

 

Et qui en sauve un

 

est comme s’il avait sauvé tous les   hommes. »

 

Nos Envoyés sont venus à eux avec des   preuves.

 

Mais voici, après cela,

 

il est sur terre, un grand nombre de   transgresseurs.

 

 

 

33.     Mais ceux   qui guerroient

 

contre Allah et ses Envoyés, semant sur   terre la violence,

 

auront pour salaire

 

d’être tués ou crucifiés,

 

leur main et leur pied opposés seront   tranchés,

 

ou seront bannis de la terre.

 

Tel sera leur salaire en ce monde.

 

Dans l’Autre, ils auront pour eux le   supplice grandiose,

 

 

 

34.     exception   est faite de ceux qui auront fait retour

 

avant que vous ne les conquériez

 

Sachez-le:

 

Voici, Allah, indulgent, matriciel.

 

 

 

35.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

frémissez d’Allah,

 

recherchez un accueil auprès de lui,

 

luttez sur le sentier.

 

Peut-être serez-vous féconds.

 

 

 

36.     Voici, si   ceux qui effacent

 

avaient tout ce qui est sur la terre,

 

autant et plus pour se racheter du   supplice,

 

ils ne pourraient le faire au jour du   Relèvement.

 

À eux, le supplice terrible.

 

 

 

37.     Ils voudront   sortir du Feu mais n’en sortiront pas:

 

à eux, le supplice permanent.

 

 

 

38.     Tranchez les   mains du voleur et de la voleuse,

 

pour salaire de ce qu’ils accaparent   d’Allah, en exemple,

 

Allah, puissant, sage.

 

 

 

39.     Qui fait   Retour après sa fraude et se corrige,

 

Allah retourne vers lui.

 

Voici, Allah, indulgent, matriciel.

 

 

 

40.     Ne sais-tu   pas qu’Allah a pour lui

 

le royaume des ciels et de la   terre ?

 

Il châtie qui il décide, il pardonne qui   il décide,

 

Allah, fort au-dessus de tout.

 

 

 

41.     Ohé,   l’Envoyé,

 

ne t’endeuille pas pour ceux

 

qui se précipitent sur l’effaçage,

 

ceux qui disent: « Nous   adhérons »,

 

avec la bouche, mais n’adhèrent pas en   leur coeur,

 

ceux qui judaïsent, mais écoutent le   mensonge,

 

mais écoutent un autre peuple jamais   venu à toi,

 

détournant la Parole de son sens. »

 

Ils disent: « Si cela vous a été   donné, prenez-le.

 

Si cela ne vous a pas été donné, prenez   garde. »

 

Celui qu’Allah veut éprouver, tu ne peux   rien pour lui,

 

contre ce que veut Allah.

 

De même, ceux dont Allah ne veut pas   purifier les coeurs,

 

ont pour eux l’opprobre en ce monde,

 

et, dans l’Autre, un supplice grandiose.

 

 

 

42.     Entendeurs   de mensonges, mangeurs de corruption,

 

s’ils viennent à toi, juge-les ou   détourne-toi d’eux.

 

Si tu te détournes d’eux, ils ne te   nuiront en rien.

 

Si tu les juges, juge-les avec   impartialité.

 

Voici, Allah aime les impartiaux.

 

 

 

43.     Comment te   prendraient-ils pour juge

 

ayant dans la Tora, le jugement d’Allah,

 

dont ils se détournent ensuite ?

 

Ceux-là ne sont pas des adhérents.

 

 

 

44.     Nous voici,   nous avons fait descendre la Tora,

 

avec en elle guidance et lumière.

 

Par elle, ils jugeaient les rabbis qui   pacifiaient,

 

ceux qui judaïsaient, les rabbis et les   compagnons,

 

qui gardaient l’Écrit d’Allah dont ils   étaient les témoins.

 

Ne redoutez pas les humains, mais   redoutez-moi.

 

Ne troquez pas mes Signes à vil prix.

 

Ceux qui ne jugent pas d’après ce   qu’Allah a fait descendre

 

sont des effaceurs !

 

 

 

45.     Nous avons   écrit pour eux:

 

«  tre pour être, oeil pour oeil,   nez pour nez,

 

oreille pour oreille, dent pour   dent. »

 

Les blessures se règlent selon le   talion.

 

Qui en fait grâce efface ses propres   fautes.

 

Ceux qui ne jugent pas d’après ce   qu’Allah fait descendre

 

sont des fraudeurs !

 

 

 

46.     Nous avons   distingué sur leurs traces

 

‘Issa, fils de Mariyam,

 

Nous lui avons donné l’Évangile,

 

guidance et lumière,

 

pour confirmer la Tora qui était entre   ses mains,

 

guidance, avertissement pour les   frémissants.

 

 

 

47.     Les Tentes   de l’Évangile

 

jugeront d’après ce qu’Allah leur a fait   descendre.

 

Ceux qui ne jugent pas selon ce qu’Allah   a fait descendre

 

sont des dévoyés.

 

 

 

48.     Nous avons   fait descendre sur toi l’Écrit avec la Vérité,

 

pour confirmer ce qui était entre ses   mains de l’Écrit,

 

en l’authentifiant.

 

Juge-les d’après ce qu’Allah a fait   descendre.

 

Ne suis pas leurs passions

 

mais ce qui est venu à toi de la vérité.

 

Pour vous tous, nous avons défini une   voie, une coutume.

 

Si Allah l’avait décidé,

 

Il aurait fait de vous un peuple uni,

 

mais Il vous éprouve avec ce qu’Il vous   donne.

 

Rivalisez au mieux.

 

Vous reviendrez ensemble vers Allah.

 

Il vous inspirera sur ce que vous êtes à   réfuter.

 

 

 

49.     Ainsi,   juge-les selon ce qu’Allah a fait descendre,

 

mais ne suis pas leurs passions.

 

Garde-toi d’eux, qu’ils ne te séduisent   pas

 

avec une partie de ce qu’Allah a fait   descendre vers toi.

 

S’ils se détournent, sache qu’Allah veut   les punir

 

de certains de leurs crimes.

 

Voici, les humains, pour la plupart,   sont des dévoyés.

 

 

 

50.       Souhaitent-ils le jugement de l’ignorance ?

 

Qui excelle, mieux qu’Allah, à juger un   peuple convaincu ?

 

 

 

Moitié du Hizb Douze

 

 

 

51.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

ne prenez pas les Judéens ni les   Nazaréens pour protecteurs.

 

Les uns sont les protecteurs des autres.

 

Qui de vous les prend pour protecteurs

 

devient des leurs.

 

Voici, Allah ne guide pas le peuple des   fraudeurs.

 

 

 

52.     Tu vois ceux   dont le coeur est malade se précipiter vers eux.

 

Ils disent: « Nous redoutons que le   sort ne tourne. »

 

Peut-être Allah donnera-t-il la victoire   sur un ordre de Lui.

 

Mais ils s’éveilleront

 

avec ce qu’ils cachaient en eux-mêmes,   en secret.

 

 

 

53.     Ceux qui   adhèrent disent: « Ceux-là sont-ils avec vous,

 

eux qui juraient par Allah, en serments   solennels ? »

 

Leurs oeuvres périront: ils   s’éveilleront en perdants.

 

 

 

54.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

celui qui parmi vous rejette sa   créance...

 

Allah suscitera un peuple qu’il aime et qui   l’aime

 

humble envers les adhérents, exigeant   contre les effaceurs.

 

Il luttera sur le sentier d’Allah,

 

il ne craindra pas la censure des   détracteurs.

 

Voilà la grâce d’Allah: il la donne à   qui il décide,

 

Allah, infini, savant.

 

 

 

55.     Voici, vos   seuls protecteurs sont Allah,

 

son Envoyé, et ceux qui adhèrent,

 

ceux qui élèvent la prière et donnent la   dîme,

 

en se prosternant.

 

 

 

56.     Qui prend   pour protecteur Allah,

 

son Nabi et ceux qui adhèrent,

 

le voilà le parti d’Allah, le   Gagnant !

 

 

 

57.     Ohé, ceux qui   adhèrent,

 

ne prenez pas pour alliés

 

ceux qui se raillent ou se jouent de   votre créance,

 

ceux auxquels les Écrits ont été donnés   avant vous,

 

ou bien parmi les effaceurs.

 

Oui, frémissez d’Allah, si vous êtes des   adhérents.

 

 

 

58.     Quand vous   appelez à la prière,

 

ils l’accueillent comme une raillerie ou   un jeu:

 

c’est un peuple sans discernement.

 

 

 

59.     Dis:   « Ô Tentes de l’Écrit,

 

pourquoi vous vengez-vous de nous,

 

sinon parce que nous adhérons à Allah,

 

à ce qu’il a fait descendre sur nous et   avant nous ?

 

Voilà, en cela vous êtes, pour la   plupart, des dévoyés. »

 

 

 

60.     Dis:   « Proclamerai-je pour vous pire

 

qu’un tel traitement, chez Allah ?

 

Ceux qu’Allah exècre et châtie, il fait   d’eux

 

des singes ou des porcs, des esclaves du   Tâghût.

 

Fourvoyés loin de la rectitude du   sentier,

 

le pire des lieux leur est   réservé. »

 

 

 

61.     Quand ils   viennent à vous, ils disent: « Nous adhérons. »

 

Mais ils sont déjà entrés avec   l’effaçage

 

et, déjà, ils sont sortis avec.

 

Allah sait ce qu’ils cachent.

 

 

 

62.     Tu vois la   plupart d’entre eux se précipiter

 

dans l’iniquité, les abus, la vénalité   et la corruption,

 

dans l’horreur de ce qu’ils font.

 

 

 

63.     Pourquoi les   rabbis et les confrères

 

ne dénoncent-ils pas leur iniquité,

 

leur vénalité, leur corruption,

 

l’horreur de ce qu’ils fabriquent ?

 

 

 

64.     Les Judéens   disent: « La main d’Allah est nouée. »

 

Nouées soient les leurs,

 

et honnis soient-ils pour ce qu’ils   disent.

 

Non, ses mains sont larges, toutes les   deux.

 

Il favorise ce qu’il décide.

 

Ce qui est descendu vers toi de ton Rabb

 

a aggravé chez la plupart d’entre eux   l’oppression, l’effaçage.

 

Nous jetons parmi eux l’animosité et la   haine

 

jusqu’au jour du Relèvement.

 

Chaque fois qu’ils allument un feu pour   la guerre,

 

Allah l’éteint. Ils précipitent sur   terre la corruption,

 

mais Allah n’aime pas les corrupteurs.

 

 

 

65.     Les Tentes   de l’Écrit !

 

S’ils adhéraient et frémissaient

 

nous effacerions leurs méfaits

 

et nous les introduirions

 

dans les Jardins du ravissement.

 

 

 

66.     S’ils   avaient accompli la Tora, l’Évangile

 

et ce qui est descendu à eux de leur   Rabb,

 

ils auraient mangé ce qui est au-dessus   d’eux

 

et sous leurs pieds.

 

Parmi eux, il est une patrie   intransigeante,

 

mais, pour la plupart d’entre eux, ce   qu’ils font est vicié.

 

 

 

Trois quarts du Hizb Douze

 

 

 

67.     Ohé, l’Envoyé,

 

publie ce qui t’est descendu de ton   Rabb.

 

Si tu ne le faisais pas, tu ne   publierais pas son Message.

 

Allah te protège des humains,

 

Allah ne guide pas le peuple des   effaceurs.

 

 

 

68.     Dis:   « Ô Tentes de l’Écrit,

 

vous ne reposez sur rien

 

tant que vous ne réalisez pas la Tora,   l’Évangile,

 

ni ce qui vous est descendu de votre   Rabb.

 

Au surplus, pour la plupart d’entre eux,

 

ce qui t’est descendu de ton Rabb

 

est rébellion, effaçage d’Allah.

 

Ne te désole pas pour le peuple des   effaceurs. »

 

 

 

69.     Voici, ceux   qui adhèrent, ceux qui judaïsent,

 

les Sabéens, et les Nazaréens,

 

ceux qui adhèrent à Allah, au jour   ultime,

 

et font probité, sans peur, ils ne   s’affligeront pas.

 

 

 

70.     Ainsi, nous   avons fait alliance avec les Fils d’Isrâ’îl,

 

et nous leur avons envoyé des Envoyés.

 

Chaque fois que des Envoyés venaient à   eux

 

sans les flatter,

 

ils accusaient les uns de mensonge

 

et tuaient les autres.

 

 

 

71.     Ils   comptaient échapper à l’épreuve de l’abjuration,

 

mais ils étaient aveugles et sourds:

 

Allah est revenu à eux,

 

aveugles et sourds pour la plupart,

 

Allah le voyant de ce qu’ils font.

 

 

 

72.     Ceux qui   disent:

 

« Allah est le Messie, fils de   Mariyam »,

 

effacent Allah.

 

Or, le Messie a dit: « Fils   d’Isrâ’îl,

 

servez Allah, mon Rabb et votre   Rabb. »

 

Qui donne des associés à Allah,

 

Allah lui interdit déjà le Jardin.

 

Son refuge ? Le Feu.

 

Pas d’aide aux fraudeurs !

 

 

 

73.     Ceux qui   disent:

 

« Allah est le Troisième des   Trois ! »

 

effacent aussi

 

Pas d’Ilah, sinon Allah l’unique.

 

S’ils ne se rétractent pas,

 

ceux d’entre eux qui effacent

 

auront un supplice terrible.

 

 

 

74.     Ne   retourneront-ils pas vers Allah ?

 

Ne se feront-ils pas absoudre par   Lui ?

 

Allah, indulgent, matriciel.

 

 

 

75.     Le Messie,   fils de Mariyam, n’est qu’un envoyé.

 

Avant lui des Envoyés sont venus.

 

Sa mère était une juste.

 

Ils étaient tous deux à le nourrir de   mets.

 

Vois comme nous leur faisons distinguer   les Signes,

 

et vois comme ils s’en détournent.

 

 

 

76.     Dis:   « Sauf Allah, servirez-vous,

 

ceux qui ne vous causent ni dommage ni   profit ?

 

Allah, lui, l’entendeur, le savant.

 

 

 

77.     Dis:   « Ô Tentes de l’Écrit,

 

ne divaguez pas en votre créance:

 

la Vérité seule ! »

 

Ne suivez pas les passions du peuple.

 

Fourvoyés jadis,

 

ils ont fait se fourvoyer un grand   nombre,

 

fourvoyés, loin de la rectitude du   sentier.

 

 

 

78.     Ceux qui   effacent Allah parmi les Fils d’Isrâ’îl,

 

ont été maudits par la langue de Dâwûd

 

et celle de ‘Issa, fils de Mariyam,

 

pour s’être rebellés en transgresseurs.

 

 

 

79.     Ils ne   s’interdisaient pas

 

les extravagances qu’ils faisaient,

 

le mal qu’ils commettaient.

 

 

 

80.     Tu vois   beaucoup d’entre eux

 

s’allier avec ceux qui effacent Allah.

 

Ce qu’ils se préparent est si mauvais

 

qu’Allah se courrouce contre eux.

 

À eux, le supplice, en permanence.

 

 

 

81.     S’ils   étaient à adhérer à Allah

 

et à ce qu’il a fait descendre,

 

ils ne les prendraient pas pour   protecteurs.

 

Mais la plupart sont des dévoyés.

 

 

 

Fin du Djûz Sixième

 

 

 

Djûz Septième

 

 

 

Hizb Treize

 

 

 

82.     Tu trouveras   certainement que les humains

 

les plus hostiles à ceux qui adhèrent,

 

sont les Judéens et ceux qui associent;

 

tu trouveras aussi que les plus proches   en amitié

 

de ceux qui adhèrent sont ceux qui   disent:

 

« Nous sommes des Nazaréens »,

 

car parmi ceux-ci se trouvent des   pasteurs et des ermites:

 

ceux-là ne s’enflent pas.

 

 

 

83.     Quand ils   entendent ce qui est descendu vers l’Envoyé,

 

tu vois leurs yeux couler de larmes

 

pour ce qu’ils savent de la vérité.

 

Ils disent: « Notre Rabb, nous   adhérons !

 

Inscris-nous avec les témoins.

 

 

 

84.     Pourquoi   n’adhérerions-nous pas à Allah

 

ni à ce qui nous est venu de   vérité ?

 

Nous espérons que notre Rabb

 

nous fera entrer avec le peuple des   Intègres. »

 

 

 

85.     Allah leur   octroiera, pour ce qu’ils disent,

 

les Jardins sous lesquels courent les   fleuves,

 

là, en permanence,

 

salaire des excellents.

 

 

 

86.     Ceux qui   effacent Allah et nient nos Signes

 

sont les Compagnons du Brasier.

 

 

 

87.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

n’interdisez pas les bonnes nourritures

 

qu’Allah vous a permises, mais ne   transgressez rien:

 

Allah n’aime pas les transgresseurs.

 

 

 

88.     Mangez ce   dont Allah vous pourvoit de licite et de bon.

 

Frémissez d’Allah qui vous les donne,   adhérents !

 

 

 

89.     Allah ne   vous reprendra pas pour vos serments futiles,

 

mais seulement pour ceux qui vous   obligent.

 

Pour effacer cela, nourrir dix pauvres,

 

en moyenne de ce dont vous nourrissez   les vôtres;

 

ou bien revêtez-les, ou encore   affranchissez un serf.

 

Qui ne pourra le faire jeûnera trois   jours.

 

Voilà pour le rachat de vos serments,

 

quand vous aurez juré.

 

Mais tenez vos serments.

 

Ainsi Allah vous fera distinguer ses Signes.

 

Peut-être serez-vous reconnaissants.

 

 

 

90.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

le vin, le jeu, les stèles, les flèches

 

sont une abomination, l’oeuvre du   Shaïtân:

 

écartez-vous d’eux.

 

Peut-être serez-vous fécondés.

 

 

 

91.     Le Shaïtân   veut susciter entre vous

 

l’animosité et la haine par le vin et le   jeu,

 

pour vous éloigner de la mémoire d’Allah   et de la prière.

 

Ne vous en abstiendrez-vous pas ?

 

 

 

92.     Obéissez à   Allah, obéissez à l’Envoyé,

 

Prenez garde de vous détourner.

 

Sachez-le, notre Envoyé doit seulement

 

avertir les adhérents.

 

 

 

93.     Nul grief   contre ceux qui adhèrent et sont intègres,

 

pour ce qu’ils goûtent, s’ils frémissent   et adhèrent,

 

puis frémissent et excellent: Allah aime   les excellents.

 

 

 

94.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

Allah vous éprouve avec le gibier

 

que vous procurent vos mains ou vos   lances.

 

Allah connaît ainsi qui le craint dans   le mystère.

 

Qui transgresse cette interdiction aura   un supplice terrible.

 

 

 

95.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

ne tuez pas de gibier, quand vous êtes   en état sacral.

 

Qui parmi vous en tue volontairement,

 

son amende équivaudra à ce qu’il aura   tué.

 

Ce sera du bétail, évalué

 

par deux hommes équitables parmi vous,

 

en offrande à la Ka‘bat,

 

ou bien, pour expiation, nourrir un   pauvre;

 

ou bien faire un jeûne équivalent,

 

pour goûter le châtiment de son acte.

 

Allah pardonne ce qui est passé.

 

Allah se venge de qui récidive.

 

Allah le puissant est doté de vengeance.

 

 

 

96.     La pêche en   mer et sa nourriture

 

vous sont permises pour subsister,

 

pour votre jouissance et celle des voyageurs.

 

La chasse terrestre vous est interdite

 

quand vous êtes en état sacral.

 

Frémissez d’Allah, vous serez rassemblés   à Lui.

 

 

 

Quart du Hizb Treize

 

 

 

97.     Allah a   institué la Ka‘bat

 

pour Maison sacrée établie pour les   humains,

 

et le Mois sacré, et les offrandes et   les guirlandes,

 

cela pour que vous sachiez qu’Allah sait

 

ce qui est aux ciels et sur la terre;

 

oui, Allah, savant en tout.

 

 

 

98.     Connaissez   Allah inexorable au châtiment:

 

Voici, Allah, clément, matriciel.

 

 

 

99.     Il n’incombe   à l’Envoyé que de transmettre l’avertissement.

 

Allah sait ce que vous manifestez et ce   que vous cachez.

 

 

 

100.     Dis:   « Le mal ne vaut pas le bien »,

 

même si le mauvais te plaît davantage.

 

Frémissez d’Allah, ô vous, dotés d’un   coeur,

 

peut-être serez-vous féconds.

 

 

 

101.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

n’interrogez sur rien

 

de ce qui, vous étant divulgué, vous   léserait.

 

Si vous interrogez, réponse vous sera   donnée

 

quand descendra l’Appel, al-Qur’ân.

 

Allah vous le pardonnera.

 

Allah, clément, longanime.

 

 

 

102.     Avant vous   déjà, un peuple avait interrogé en cela,

 

qui s’est érigé, par la suite, en   effaceur.

 

 

 

103.     Allah n’a   rien prescrit au sujet

 

de « fendue », bahîrat,   « errante », sâ’ibat,

 

« reproductrice », wasîlat, ou   « intouchable », hâm.

 

Les effaceurs se vantent de ce mensonge   contre Allah.

 

Pour la plupart, ils ne discernent pas.

 

 

 

104.     Quand il   leur est dit: « Élevez-vous

 

vers ce qui descend d’Allah à   l’Envoyé »,

 

ils disent: « Ce que nos pères nous   ont préparé

 

nous suffit ! »

 

Mais si leurs pères étaient à ne rien   savoir,

 

à ne pas être guidés ? !

 

 

 

105.     Ohé, ceux   qui adhèrent !

 

Vos êtres sont vôtres !

 

Celui qui s’est fourvoyé ne vous nuira   pas,

 

si vous êtes guidés vers Allah.

 

Vous reviendrez à lui, tous.

 

Il vous informera de ce que vous   faisiez.

 

 

 

106.     Ohé, ceux   qui adhèrent,

 

quand la mort se présente pour vous   prendre,

 

le testament doit être établi

 

par deux témoins dotés de scrupules   parmi vous,

 

ou deux autres, en dehors de vous.

 

Si vous parcourez la terre,

 

et que la mort vous atteigne,

 

après avoir prié, consignez-leur deux   témoignages.

 

Si vous avez des doutes, ils jureront   par Allah:

 

« Nous ne trafiquons pas en cela.

 

Même s’il s’agissait d’un proche,

 

nous ne cacherions pas le témoignage   d’Allah:

 

nous serions parmi les iniques. »

 

 

 

107.     Que ces   deux défaillent,

 

deux autres les subrogeront,

 

ils se dresseront avec droiture,

 

parmi ceux qui seront plus véridiques   que les premiers.

 

Ils jureront: « Par Allah, notre   témoignage

 

est plus vrai que leur témoignage.

 

Nous ne transgressons rien,

 

autrement, nous serions parmi les   fraudeurs. »

 

 

 

108.     C’est mieux   qu’ils rapportent le vrai visage du témoignage,

 

par crainte de ce que leurs serments

 

ne soient récusés après qu’ils eurent   prêté serment.

 

Frémissez d’Allah, entendez !

 

Allah ne guide pas un peuple dévoyé.

 

 

 

Moitié du Hizb Treize

 

 

 

109.     Le Jour où   Allah rassemblera les Envoyés, il dira:

 

« Que vous ont-il   répondu ? »

 

Ils diront: « Nous ne savons pas.

 

Te voici, tu connais les   mystères. »

 

 

 

110.     Quand Allah   dit: « Ô ‘Issa, fils de Mariyam,

 

commémore mon ravissement en toi et ta   mère

 

quand je t’assistais par le souffle   sacré.

 

Dès le berceau, tu parlais aux humains

 

comme un Ancien ! »

 

Quand je t’enseignais

 

l’Écrit, la Sagesse, la Tora et   l’Évangile,

 

quand tu as créé d’argile une forme   d’oiseau,

 

avec ma permission,

 

quand tu as guéri le muet et le lépreux,

 

avec ma permission,

 

quand tu l’as fait surgir des morts,

 

avec ma permission,

 

quand j’éloignais de toi les Fils   d’Isrâ’îl,

 

quand tu es venu vers eux avec les   évidences

 

et que ceux qui effacent, parmi eux, ont   dit:

 

« C’est de la sorcellerie   évidente ! »

 

 

 

111.     Quand j’ai   révélé aux adeptes:

 

« Adhérez à moi et à mon   Envoyé »,

 

ils ont dit: « Nous adhérons.

 

Atteste que nous sommes des   pacifiés. »

 

 

 

112.     Quand les   adeptes ont dit:

 

« Ô ‘Issa, fils de Mariyam,

 

ton Rabb nous dressera-t-il,

 

une table descendue des   ciels ? »

 

Il dit: « Frémissez d’Allah,

 

si vous êtes des adhérents. »

 

 

 

113.     Ils disent:   « Nous voulons y manger:

 

nos coeurs se réconforteront

 

et nous saurons que tu as dit vrai.

 

Nous serons des témoins. »

 

 

 

114.     ‘Issa, fils   de Mariyam, dit: « Notre Rabb,

 

fais-nous descendre une table des ciels.

 

Ce sera pour nous un festin,

 

pour le premier et le dernier d’entre   nous,

 

en Signe de toi.

 

Pourvois-nous, toi, le meilleur des   pourvoyeurs ! »

 

 

 

115.     Allah dit:   « Me voici, je la fais descendre pour vous.

 

Mais celui qui, parmi vous, effacera par   la suite,

 

je le mettrai au supplice, un supplice   tel

 

que nul n’en aura connu un semblable   dans les pérennités. »

 

 

 

116.     Quand Allah   dit: « Ô ‘Issa, fils de Mariyam,

 

as-tu dit aux humains: ‹ Prenez-moi   avec ma mère

 

pour deux Ilahs distincts   d’Allah › ? »

 

Il dit: « Louange à toi ! Ce   n’est pas à moi de dire

 

ce qui, pour moi, n’est pas la vérité.

 

Si je le disais, tu le saurais déjà.

 

Tu connais mon être,

 

mais je ne connais pas ton  tre,

 

te voici, Toi, le Connaisseur des   mystères ! »

 

 

 

117.     Je ne leur   ai dit que ce que tu m’as ordonné:

 

« Oui, servez Allah, mon Rabb et   votre Rabb ! »

 

Tant que je demeurais parmi eux,

 

j’étais, contre eux, un témoin.

 

Depuis que tu m’as rappelé,

 

tu es, pour eux, Toi, le Guetteur,

 

Toi, le Témoin de tout.

 

 

 

118.     Si tu les   tortures, voici ce sont tes serviteurs !

 

Si tu les absous, te voici,

 

Toi, le Puissant, le Sage. »

 

 

 

119.     Allah dit:   « Voici le Jour

 

où leur équité profite aux Justes.

 

À eux les Jardins sous lesquels

 

courent les fleuves, en permanence,

 

là où, à jamais, Allah les agrée

 

et où ils agréent Allah;

 

là se situe le triomphe   grandiose. »

 

 

 

120.     À Allah, le   Royaume des ciels, de la terre,

 

avec tout ce qui y est,

 

Lui, fort au-dessus de tout.

 

 

 

SOURATE 6.

 

 

 

LES TROUPEAUX

 

AL-‘ANÂM

 

 

 

Traditionnellement, cette sixième   sourate de cent soixante-cinq versets, proclamés à La Mecque, à l’exception   des versets 20, 23, 91, 141, 151, 152, 153 qui le furent à Médine, doit son   titre aux versets 136, 138, 139, 142, 143, 144 relatifs aux troupeaux   mentionnés incidemment ou à cause des coutumes particulières propres aux   Mekkois.

 

 

 

Elle aurait été proclamée après la   sourate 15, constituant chronologiquement la cinquante-cinquième sourate du Coran.

 

 

 

Sourate 6.

 

 

 

LES TROUPEAUX

 

AL-‘ANÂM

 

 

 

Au nom d’Allah,

 

le Matriciant, le Matriciel...

 

 

 

1.     La désirance   d’Allah !

 

Il crée les ciels et la terre,

 

il met les ténèbres et la lumière,

 

mais ceux qui effacent leur Rabb   dévient.

 

 

 

2.     Lui, il vous   crée d’argile et vous fixe un terme,

 

un terme fixé par Lui. Vous en doutez   alors !

 

 

 

3.     Lui, Allah   dans les ciels et sur la terre,

 

connaît votre secret et votre   découvrement,

 

il sait ce que vous acquérez.

 

 

 

4.     Il ne leur   est jamais donné de Signe,

 

parmi les Signes de leur Rabb,

 

sans qu’ils soient à s’en détourner.

 

 

 

5.     Ils avaient   déjà nié la vérité,

 

quand elle est venue à eux,

 

mais bientôt l’inspiration dont ils se   raillaient

 

leur sera donnée.

 

 

 

6.     Ne voient-ils   pas combien

 

nous avons détruit de générations avant   eux ?

 

Nous les avions fortifiés sur terre

 

plus que nous ne vous avions fortifiés,

 

nous leurs avons envoyé, des ciels,   l’abondance,

 

et nous avons mis les fleuves qui, sous   eux, courent.

 

Nous les avons détruits pour leurs   crimes,

 

et nous avons fait naître,

 

après eux, d’autres générations.

 

 

 

7.     Si nous   avions fait descendre

 

à toi un Écrit sur parchemin

 

et qu’ils l’aient touché de leurs mains

 

ceux qui effacent Allah auraient dit:

 

« Ceci n’est que sorcellerie   évidente. »

 

 

 

8.     Ils disent: « Si   un Messager descendait sur lui ! »

 

Or si nous faisions descendre un   Messager,

 

ils n’attendraient plus rien:

 

leur affaire serait réglée.

 

 

 

9.     Si nous   avions fait un Messager, nous l’aurions fait homme

 

et revêtu de ce dont ils se revêtent.

 

 

 

10.     Ainsi, ils   se sont raillés des Envoyés avant toi

 

mais, vrai, ceux qui s’en moquaient

 

ont été engloutis en ce dont ils se   raillaient.

 

 

 

11.     Dis:   « Marchez sur terre,

 

et contemplez alors quel est le   châtiment des menteurs. »

 

 

 

12.     Dis:   « À qui est le tout des ciels et de la terre ? »

 

Dis: « À Allah ! Il s’est   prescrit d’être matriciel

 

pour vous rassembler au jour du   Relèvement:

 

pas de doute en cela !

 

Ceux qui se perdent

 

les voilà, ceux qui n’adhèrent   pas ! »

 

 

 

Trois quarts du Hizb Treize

 

 

 

13.     À Lui, ce   qui habite la nuit et le jour,

 

Lui, l’Entendeur, le Savant.

 

 

 

14.     Dis:   « Changerais-je d’Allah,

 

prendrais-je un autre protecteur,

 

Lui, le fendeur des ciels et de la   terre,

 

Lui, le nourricier, le   non-nourri ? »

 

Dis: « Voici son ordre pour moi:

 

que je sois le premier de la   pacification, al-islâm.

 

Ne soyez pas des   associateurs ! »

 

 

 

15.     Dis:   « Voici, si je me rebellais contre mon Rabb,

 

je redouterais le supplice d’un jour   grandiose. »

 

 

 

16.     Celui qui   sera épargné ce jour-là

 

sera déjà matricié.

 

Voilà le triomphe évident.

 

 

 

17.     Si Allah te   touche par une calamité

 

nul ne t’en délivrera, sinon Lui.

 

S’il te touche par un bonheur, il est   puissant en tout.

 

 

 

18.     Lui, le   dominateur, au-dessus de ses serviteurs,

 

Lui, le Sage, l’Informé.

 

 

 

19.     Dis:   « Qui a plus grand témoignage ? »

 

Dis: « Allah est le témoin entre   moi et vous.

 

Et voilà cet Appel, al-Qur’ân, en moi   découvert,

 

pour que je vous alerte par lui,

 

avec ceux auxquels il s’adresse.

 

Témoignez-vous de ce qu’auprès d’Allah,

 

il existe d’autres Ilahs ? »

 

Dis: « Je n’en témoigne pas. »

 

Dis: « Le voici, Lui, l’unique   Allah:

 

me voilà innocent de ce que vous   associez ! »

 

 

 

20.     Ceux à qui   nous avons donné l’Écrit le connaissent

 

comme ils connaissent leurs fils.

 

Ceux qui y perdent leur être n’adhèrent   pas à Lui.

 

 

 

21.     Qui fraude   plus que l’inventeur

 

d’un mensonge contre Allah,

 

ou d’un mensonge contre ses   Signes ?

 

Voici, les fraudeurs ne gagnent   pas !

 

 

 

22.     Le Jour où   nous les rassemblerons tous,

 

nous dirons à ceux qui associent:

 

« Où sont vos associés,

 

ceux que vous étiez à   revendiquer ? »

 

 

 

23.     Ensuite,   leur unique excuse ne sera que de dire:

 

« Par Allah, notre Rabb,

 

nous n’étions pas des   associateurs ! »

 

 

 

24.     Contemple   comme ils mentent contre eux-mêmes,

 

ils se fourvoient

 

loin de ce dont ils languissaient.

 

 

 

25.     Parmi eux,   il en est qui viennent t’écouter,

 

mais nous avons mis sur leur coeur une   gaine

 

pour qu’ils ne le comprennent pas,

 

et dans leurs oreilles une lourdeur.

 

S’ils voient un Signe, ils n’y adhèrent   pas.

 

S’ils viennent vers toi, ils te   contestent.

 

Ceux qui effacent disent:

 

« Oui, ce ne sont que racontars de   primitifs ! »

 

 

 

26.     Eux, ils   s’en éloignent et ils en éloignent,

 

mais ils ne font dépérir qu’eux-mêmes

 

et ne le conçoivent pas.

 

 

 

27.     Si tu   voyais ! Quand ils seront arrêtés sur le Feu,

 

ils diront: « Ah ! Ah !   En descendre !

 

Nous ne nierions plus les Signes de   notre Rabb:

 

nous serons parmi les adhérents. »

 

 

 

28.     Or, ce   qu’ils dissimulaient naguère

 

leur sera montré.

 

S’ils descendaient du Feu,

 

ils recommenceraient avec ce qui leur   est interdit.

 

Les voilà, les menteurs !

 

 

 

29.     Ils disent:   « Il n’y a que notre vie en ce monde !

 

Nous ne serons pas   rappelés ! »

 

 

 

30.     Si tu   voyais ! Quand ils seront arrêtés par leur Rabb,

 

il dira: « N’était-ce pas la vérité ? »

 

Ils diront: « Oui, ô notre   Rabb ! »

 

Il dira: « Goûtez le supplice que   vous effaciez ! »

 

 

 

31.     Ceux qui   nient la rencontre d’Allah sont déjà perdants.

 

Quand soudain leur viendra l’heure, ils   diront:

 

« Aïe, pour ce que nous avons   négligé ! »

 

Ils porteront leurs charges sur leurs   dos.

 

Ce qui les charge n’est-il pas   vicié ?

 

 

 

32.     Eh quoi, la   vie de ce monde n’est que jeu, divertissement.

 

L’Autre demeure est meilleure pour ceux   qui frémissent !

 

Ne le discernez-vous pas ?

 

 

 

33.     Déjà, nous   le savions,

 

ils t’affligent en ce qu’ils disent,

 

mais les fraudeurs qui rejettent les   Signes d’Allah

 

ne te convaincront pas de mensonge.

 

 

 

34.     Déjà, les   Envoyés, avant toi,

 

furent traités de menteurs

 

par ceux qui persévéraient

 

dans leurs mensonges et leurs   persécutions,

 

jusqu’à ce que nous leur apportions   notre aide.

 

Nul ne modifiera la parole   d’Allah !

 

Mais déjà, l’inspiration des Envoyés   t’arrive.

 

 

 

35.     Voici, leur   répulsion est pesante pour toi.

 

Ah, si tu pouvais creuser un trou dans   la terre

 

ou dresser une échelle au ciel,

 

pour leur donner un Signe !...

 

Ou si Allah avait décidé

 

de les rassembler sous la   guidance !

 

Ah, ne sois pas parmi les ignares !

 

 

 

Hizb Quatorze

 

 

 

36.     Seuls ceux   qui entendent répondent:

 

« Allah ressuscite les morts

 

qui ensuite retourneront à   Lui ! »

 

 

 

37.     Ils disent:   « Pourquoi un Signe de son Rabb

 

n’est-il pas descendu sur   lui ? »

 

Dis: « Voici, Allah peut faire   descendre un Signe,

 

mais eux, pour la plupart, ne le   reconnaissent pas. »

 

 

 

38.     Pas de bête   sur terre,

 

pas de volatile volant de ses ailes

 

qui ne soit, à votre exemple, sans   matrie.

 

Nous n’avons rien omis de l’Écrit.

 

Ensuite, à leur Rabb, ils seront réunis.

 

 

 

39.     Ceux qui   nient nos Signes

 

sont sourds, muets, et dans les   ténèbres.

 

Allah fourvoie qui il décide.

 

Il met sur le chemin ascendant qui il   décide.

 

 

 

40.     Dis:   « Voyez-vous,

 

si le supplice d’Allah vous était donné,

 

ou si l’heure vous atteignait

 

appelleriez-vous un autre qu’Allah,

 

si vous étiez sincères ? »

 

 

 

41.     Non, c’est   Lui que vous appelleriez:

 

il élimine ce pourquoi vous l’appelez,

 

s’il le décide.

 

Vous oublierez ce que vous associiez.

 

 

 

42.     Mais déjà   nous avons envoyé, avant toi,

 

des messages aux matries,

 

les saisissant de malheur et   d’adversité.

 

Peut-être s’humilieront-elles ?

 

 

 

43.     Mais quand   notre mal vient contre eux,

 

ils ne sont pas humiliés.

 

Au contraire, leur coeur s’endurcit:

 

le Shaïtân embellit pour eux ce qu’ils   font.

 

 

 

44.     Quand ils   oublient ce pour quoi ils sont frappés,

 

nous ouvrons devant eux toutes les   portes

 

pour qu’ils se réjouissent de ce qui   leur est donné.

 

Mais soudain, nous les reprenons,

 

et les voilà désespérés.

 

 

 

45.     Le reste du   peuple, ceux qui fraudent, est retranché,

 

ô désirance d’Allah, Rabb des   univers !

 

 

 

46.     Dis:   « Voyez-vous, si Allah prenait

 

votre ouïe, votre vue et scellait votre   coeur,

 

quels Ilahs, sauf Allah, vous les   redonneraient-ils ? »

 

Contemple comment nous déclinons les   Signes,

 

mais, ensuite, ils s’en détournent.

 

 

 

47.     Dis:   « Le voyez-vous ?

 

Si le supplice d’Allah vous parvenait   soudain,

 

de toute évidence,

 

qui périrait, sinon le peuple des   fraudeurs ? »

 

 

 

48.     Nous   n’envoyons d’envoyés

 

qu’en annonciateurs, en alerteurs.

 

Ceux qui adhèrent et se corrigent,

 

ne craindront rien, ne s’affligeront   pas.

 

 

 

49.     Ceux qui   nient nos Signes,

 

le supplice les saisit, parce qu’ils   sont dévoyés.

 

 

 

50.     Dis:   « Je ne vous dis pas:

 

‹ Les trésors d’Allah sont à   moi ! ›

 

­ je ne connais pas le mystère !

 

Je ne vous dis pas: ‹ Je suis un   Messager ›

 

­ je ne suis que ce qui m’est   découvert ! »

 

Dis: « Se valent-ils, l’aveugle et   le lucide ? »

 

Ne réfléchirez-vous pas ?

 

 

 

51.     Alerte ceux   qui craignent

 

d’être réunis à leur Rabb:

 

hormis Lui, pas de protecteur ni   d’alerteur.

 

Peut-être frémiront-ils ?

 

 

 

52.     Ne repousse   pas ceux qui implorent leur Rabb,

 

matin et soir, voulant sa face.

 

Leur compte ne te concerne en rien,

 

et ton compte ne les concerne en rien.

 

En les repoussant, tu serais parmi les   fraudeurs.

 

 

 

53.     Nous   éprouvons ainsi les uns

 

par ce que nous donnons aux autres

 

pour qu’ils disent:

 

« N’est-ce pas ceux d’entre nous   qu’Allah comble ? »

 

Allah ne connaît-il pas mieux ceux qui   le reconnaissent ?

 

 

 

54.     Quand   viennent à toi

 

ceux qui adhèrent à nos Signes,

 

dis: « Paix sur vous.

 

Votre Rabb a des matrices prescrites en   son être. »

 

Que celui de vous qui agit mal par   ignorance

 

puis retourne ensuite et se corrige...

 

Le voilà, clément, matriciel.

 

 

 

55.     Ainsi   détaillons-nous les Signes

 

pour que se discerne le sentier des   coupables.

 

 

 

56.     Dis:   « Il m’est interdit de servir

 

ceux que vous implorez, sauf   Allah ! »

 

Dis: « Je ne suivrai pas vos   passions.

 

Je serais déjà fourvoyé,

 

je ne serais plus parmi les   guidés. »

 

 

 

57.     Dis:   « Je suis dans l’évidence de mon Rabb,

 

mais vous me niez.

 

Je n’ai pas ce que vous revendiquez de   moi.

 

Oui, le jugement n’est qu’à Allah.

 

Il tranche la vérité, Lui, le meilleur   des décideurs. »

 

 

 

58.     Dis:   « Ah, si j’avais ce que vous revendiquez de moi,

 

l’affaire serait décidée entre vous et   moi.

 

Allah connaît bien les fraudeurs. »

 

 

 

Quart du Hizb Quatorze

 

 

 

59.     À lui, les   clés du mystère: nul ne les connaît que Lui.

 

Il sait ce qui est sur le continent et   dans la mer.

 

Aucune feuille ne tombe, qu’il ne le   sache,

 

ni de graine dans les ténèbres de la   terre,

 

ni d’humidité, ni d’aridité,

 

sinon inscrite dans l’Écrit évident.

 

 

 

60.     Lui qui vous   rappelle la nuit

 

sait ce que vous avez commis le jour;

 

il vous réveille alors

 

pour être jugé à l’échéance fixée.

 

Vous êtes alors ramenés à Lui.

 

Il manifeste alors pour vous

 

ce que vous cachiez.

 

 

 

61.     Lui,   l’Invincible,

 

au-dessus de ses serviteurs,

 

il est envoyé à vous en gardien

 

jusqu’à ce que survienne

 

la mort pour l’un de vous.

 

Nos Envoyés le rappellent:

 

ils ne sont pas négligents.

 

 

 

62.     Alors ils   sont rendus à Allah,

 

leur maître de vérité.

 

Le jugement n’est-il pas à Lui,

 

Lui, le plus prompt aux comptes ?

 

 

 

63.     Dis:   « Qui vous ramènera des ténèbres,

 

du continent et de la mer ?

 

L’implorerez-vous,

 

vous soumettrez-vous, craintifs ?

 

S’il nous sauvait de là,

 

nous serions parmi ceux qui   remercient ! »

 

 

 

64.     Dis: « Allah   vous sauvera de cela

 

et de toute angoisse. »

 

Mais ensuite vous serez encore à   associer ! »

 

 

 

65.     Dis:   « Lui, le puissant,

 

enverra contre vous le tourment

 

sur vous ou sous vos pieds,

 

il vous habillera en sectaires,

 

et vous fera goûter le mal,

 

les uns des autres ! »

 

Contemple comme nous déclinons les   Signes.

 

Peut-être comprendront-ils ?

 

 

 

66.     Ton peuple   nie ceci, or c’est la vérité.

 

Dis: « Je ne suis pas pour vous un   défenseur. »

 

 

 

67.     À toute   prophétie, son temps,

 

vous le saurez !

 

 

 

68.     Quand tu   vois ceux qui contestent nos Signes,

 

écarte-toi d’eux jusqu’à ce qu’ils   contestent

 

sur un autre sujet.

 

Si le Shaïtân te fait oublier,

 

après mémorisation,

 

ne t’assois pas avec le peuple des   fraudeurs.

 

 

 

69.     Ce n’est pas   à ceux qui frémissent

 

de tenir leurs comptes,

 

mais seulement de commémorer.

 

Peut-être frémiront-ils ?

 

 

 

70.     Détourne-toi   de ceux qui prennent leur créance

 

pour jeu et divertissement.

 

La vie de ce monde les illusionne.

 

Fais-les se remémorer,

 

que leur être ne se perde pas

 

en ce qu’ils acquièrent:

 

Nul n’a pour lui,

 

de protecteur ni d’intercesseur, sauf   Allah.

 

Aucune compensation qu’il puisse offrir

 

ne sera prise de lui:

 

ceux-là sont perdus par ce qu’ils ont   acquis.

 

À eux, une boisson brûlante,

 

un supplice terrible

 

parce qu’ils étaient à effacer Allah.

 

 

 

71.     Dis:   « En dehors d’Allah, implorerez-vous

 

ce qui ne peut vous être ni utile ni   nuisible ? »

 

Reviendrons-nous sur nos talons

 

après qu’Allah nous aura guidés,

 

comme ceux que les Shaïtâns mènent sur   terre à l’abîme ?

 

Plutôt que d’être appelés

 

à la guidance par des Compagnons:

 

« Viens à nous ! »

 

Dis: « Voici, la guidance d’Allah:

 

c’est lui, le guide !

 

Notre ordre: la pacification, al-islâm,

 

du Rabb des univers ! »

 

 

 

72.     Oui, élevez   la prière, frémissez d’Allah,

 

Lui, vers qui vous serez rassemblés,

 

 

 

73.     Lui, qui   crée les ciels et la terre

 

avec la vérité.

 

Le Jour où il dit:   « Sois ! », c’est !

 

Son Verbe: la vérité.

 

Le Jour où il sera soufflé dans le cor,

 

à lui le Royaume.

 

Lui, le connaisseur du mystère, et du   témoignage,

 

Lui, le Sage, l’Informé.

 

 

 

Moitié du Hizb Quatorze

 

 

 

74.     Quand   Ibrâhim dit à son père Âzar:

 

« Prendrais-tu des idoles pour   Ilah ?

 

me voici, je te vois, toi et ton peuple,

 

dans un fourvoiement évident. »

 

 

 

75.     Ainsi, nous   avons fait voir à Ibrâhim

 

le royaume des ciels et de la terre,

 

afin qu’il soit parmi les convaincus.

 

 

 

76.     Quand la   nuit vint alors sur lui,

 

il vit une étoile.

 

Il dit: « Voilà mon Rabb. »

 

Quand elle se coucha, il dit:

 

« Je n’aime pas les   couchants ! »

 

 

 

77.     Quand il vit   la lune se lever, il dit:

 

« Si mon Rabb ne me guidait pas,

 

je ne serais que parmi le peuple des   fourvoyés. »

 

 

 

78.     Quand il vit   le soleil se lever, il dit:

 

« Voilà mon Rabb, c’est le plus   grand ! »

 

Quand il se coucha, il dit:

 

« Ô peuple ! Je renie ce que   vous associez ! »

 

 

 

79.     Me voici, je   tourne ma face, en fervent,

 

vers celui qui a fendu les ciels et la   terre:

 

je ne suis pas parmi les associateurs.

 

 

 

80.     Son peuple   argumente contre lui. Il dit:

 

« Argumenterez-vous contre Allah   qui me guide ?

 

Je ne crains pas ce que vous lui   associez,

 

mais seulement ce que décide mon Rabb.

 

Mon Rabb embrasse tout en savoir.

 

Ne le commémorerez-vous   pas ? »

 

 

 

81.     Comment   craindrais-je ce que vous lui associez,

 

si vous ne craignez pas d’associer à   Allah

 

un pouvoir qu’il n’a pas fait descendre   sur vous ?

 

Lequel des deux partis est-il le plus   vrai en adhérence ?

 

Ah, si vous saviez !

 

 

 

82.     Ceux qui   adhèrent et ne recouvrent pas de fraude

 

leur adhérence, à eux l’adhérence, eux,   les guidés.

 

 

 

83.     Cet   argument, nous l’avons donné à Ibrâhim,

 

contre son peuple.

 

Nous élevons le rang de qui nous   décidons.

 

Voici: ton Rabb est sage, savant !

 

 

 

84.     Nous lui   avons offert Is’hâq et Ya‘qûb

 

que nous avons guidés.

 

Jadis, de sa descendance,

 

nous avons aussi guidé

 

Dâwûd, Sulaïmân, Aïyûb, Yûsuf, Mûssa,   Hârûn.

 

Ainsi dotons-nous les excellents,

 

 

 

85.     et Zakarîyâ,   Yahyâ, ‘Issa, Ilyâs,

 

tous parmi des Intègres,

 

 

 

86.     et Ismâ‘îl,   Alyasa‘, Yûnus et Lût:

 

nous les avons tous fait surabonder

 

davantage que les univers.

 

 

 

87.     Parmi leurs   pères, leurs descendants

 

et leurs frères,

 

nous les avons choisis

 

et guidés sur un chemin ascendant.

 

 

 

88.     Voilà la   guidance d’Allah:

 

il guide qui il décide parmi ses   serviteurs.

 

S’ils avaient associé,

 

ce qu’ils faisaient eût été vain.

 

 

 

89.     Les voilà,   ceux à qui nous avons donné

 

l’Écrit, la sagesse, l’inspiration.

 

S’ils les effacent, nous les remettons

 

à un peuple qui ne les effacera pas.

 

 

 

90.     Les voilà,   ceux qu’Allah a guidés:

 

dirige-toi selon leur guidance.

 

Dis: « Je ne vous demande pas,

 

de salaire pour cela:

 

ce n’est que pour la Mémoire des   univers. »

 

 

 

91.     Ils   n’estiment pas Allah,

 

à sa vraie valeur quand ils disent:

 

« Allah n’a rien fait descendre sur   un charnel ! »

 

Dis: « Qui a fait descendre l’Écrit

 

avec lequel Mûssa est venu,

 

lumière et guidance des humains ?

 

Vous l’écrivez sur des parchemins pour   l’exposer,

 

mais vous en cachez l’essentiel.

 

Maintenant vous connaissez

 

ce que vous ne saviez pas,

 

vous, ni vos pères. »

 

Dis: « Allah ! », puis   laisse-les

 

à se distraire en discussions.

 

 

 

92.     Voilà   l’Écrit béni que nous avons fait descendre,

 

pour que tu alertes la Mère des Cités

 

et ceux de ses environs:

 

il justifie qui l’a entre les mains.

 

Ceux qui adhèrent à l’Autre monde y   adhèrent,

 

et le gardent en leurs prières.

 

 

 

93.     Qui fraude   davantage que celui qui répand

 

contre Allah la négation ?

 

Ou dit: « À moi, la   révélation »,

 

sans que rien ne lui soit révélé !

 

Ou dit: « Je fais descendre

 

l’équivalent de ce qu’Allah a fait   descendre ! »

 

Si tu voyais ces fraudeurs

 

dans les abîmes de la mort !

 

Les Messagers, mains brandies:

 

« Dépouillez-vous de vos êtres.

 

Aujourd’hui, vous êtes rétribués

 

par le supplice de l’humiliation,

 

pour avoir dit contre Allah la   non-vérité,

 

et pour vous être enflés hors de ses   Signes. »

 

 

 

94.     Vous venez à   Nous seul,

 

comme nous vous avions créés,

 

la première fois.

 

Vous aviez abandonné derrière votre dos

 

ce que nous vous avions imparti.

 

Cependant nous ne voyons pas

 

avec vous vos intercesseurs,

 

ceux que vous revendiquiez

 

comme vos Associés,

 

déjà coupés de vous

 

et vous ayant abandonnés

 

en ce que vous revendiquiez.

 

 

 

Trois quarts du Hizb Quatorze

 

 

 

95.     Voici, Allah   fend le grain et le noyau,

 

il fait sortir la vie de la mort,

 

et sortir le mort du vivant.

 

Voilà Allah !

 

Où vous détournerez-vous ?

 

 

 

96.     Il fend   l’aurore et met la nuit, pour le repos,

 

le soleil et la lune en comput.

 

Voilà le décret du Puissant, du Savant.

 

 

 

97.     Il a mis les   étoiles pour vous guider,

 

grâce à elles, dans les ténèbres

 

du continent et de la mer:

 

nous distinguons ainsi des Signes

 

pour le peuple qui sait.

 

 

 

98.     C’est lui   qui nous a engendrés d’un être unique,

 

réceptacle et gîte.

 

Nous distinguons des Signes

 

pour le peuple qui sait.

 

 

 

99.     Il fait   descendre l’eau du ciel.

 

Nous en faisons sortir toute   germination,

 

nous en faisons sortir la verdure,

 

nous en faisons sortir les grains

 

récoltés en épis,

 

et du palmier, de ses spathes,

 

des régimes de dattes,

 

jardins de pampres, olives, grenades,

 

semblables et dissemblables.

 

Contemplez ses fruits quand ils   fruitent,

 

et leur mûrissement !

 

Voici pour vous en cela des Signes,

 

pour le peuple qui adhère.

 

 

 

100.     Ils ont mis   les Djinns pour associés d’Allah,

 

Lui qui les a créés !

 

Ils ont inventé: « À lui des fils   et des filles ! »,

 

sans savoir !

 

Gloire à lui, au-dessus de ce qu’ils   décrivent !

 

 

 

101.     Formateur   des ciels et de la terre,

 

comment aurait-il des enfants,

 

n’ayant pas de compagne ?

 

Il crée tout, Lui, savant en tout.

 

 

 

102.     Le voilà   pour vous, Allah, votre Rabb,

 

pas d’Ilah sauf Lui, le créateur de   tout:

 

servez-le, Lui, le défenseur du tout.

 

 

 

103.     Les regards   ne l’atteignent pas

 

mais Il atteint, Lui, les regards,

 

Lui, le Subtil, l’Informé.

 

 

 

104.     Déjà des   illuminations de votre Rabb

 

vous sont parvenues.

 

Qui est illuminé l’est pour lui-même.

 

mais qui est aveugle l’est contre   lui-même.

 

Je ne suis pas un gardien pour vous.

 

 

 

105.     Nous   distinguons ainsi les Signes

 

pour qu’ils disent:

 

« Tu as étudié pour que discerne un   peuple qui sait. »

 

 

 

106.     Suis ce qui   t’est révélé par ton Rabb:

 

pas d’Ilah sauf Lui !

 

Détourne-toi des associateurs !

 

 

 

107.     Si Allah   l’avait décidé,

 

ils ne lui auraient rien associé !

 

Nous ne t’avons pas mis

 

en gardien pour eux.

 

tu n’es pas pour eux un défenseur.

 

 

 

108.     N’insultez   pas

 

ceux qu’ils implorent loin d’Allah:

 

ils insulteraient Allah,

 

hostiles sans le savoir.

 

Ainsi nous exaltons,

 

pour toute matrie, son oeuvre.

 

Ensuite, chez leur Rabb, dès leur   retour,

 

il les informera de ce qu’ils faisaient.

 

 

 

109.     Ils jurent   par Allah,

 

solennité de leurs serments,

 

que, si un signe leur parvenait,

 

ils adhéreraient à Lui.

 

Dis: « Les Signes sont chez Allah   seul ! »

 

Qui nous fait supposer que, s’il venait,

 

ils n’adhéreraient pas ? »

 

 

 

110.     Nous   bouleverserons leurs entrailles et leurs regards

 

parce qu’ils n’ont pas adhéré à Lui

 

et qu’ils n’adhéreront pas à Lui,

 

depuis la première fois.

 

Nous les abandonnerons à leur rébellion

 

qui les aveugle.

 

 

 

Fin du Djûz Septième

 

 

 

Djûz Huitième

 

 

 

Hizb Quinze

 

 

 

111.     Si nous   avions fait descendre

 

sur eux des Messagers,

 

si les morts leur parlaient

 

et si nous avions tout exposé devant   eux,

 

si Allah l’avait décidé, ils   n’adhéreraient pas:

 

pour la plupart, ils l’ignorent.

 

 

 

112.     Ainsi nous   avons mis, à tout Nabi, un ennemi,

 

des Shaïtâns, humains et Djinns.

 

Les uns révèlent aux autres,

 

le dire fallacieux des illusions.

 

Si ton Rabb l’avait décidé,

 

ils ne l’auraient pas fait.

 

Évite-les avec ce qu’ils imaginent,

 

 

 

113.     pour que   s’inclinent vers Lui les entrailles

 

de ceux qui n’adhèrent pas à l’Autre   monde.

 

Ils l’agréeront et seront rétribués

 

selon leur mérite.

 

 

 

114.       « Chercherais-je un autre qu’Allah,

 

le souverain, Lui qui fait descendre sur   vous

 

l’élucidation de l’Écrit ? »

 

Ceux auxquels nous avons donné l’Écrit   savent

 

qu’il est descendu de ton Rabb, avec la   vérité.

 

Ne soyez pas des sceptiques.

 

 

 

115.     La parole   de ton Rabb s’est accomplie,

 

en vérité et justice.

 

Ses Paroles n’ont pas de contrefacteur,

 

Lui, l’Entendeur, le Savant.

 

 

 

116.     Si tu obéis   à la plupart des hommes,

 

sur terre, ils te fourvoieront hors du   sentier d’Allah.

 

Ils ne suivent que l’imaginaire,

 

et ne sont rien qu’à conjecturer.

 

 

 

117.     Voici, ton   Rabb connaît

 

qui fourvoie loin de son sentier,

 

il connaît les guidés.

 

 

 

118.     Mangez ce   sur quoi le Nom d’Allah a été invoqué,

 

si vous adhérez à ses Signes.

 

 

 

119.     Pourquoi ne   mangez-vous pas ce sur quoi

 

le Nom d’Allah a été invoqué ?

 

Ce qui vous est interdit est déjà décidé   pour vous,

 

sauf en cas de nécessité.

 

Plusieurs se fourvoient par passion,   sans savoir.

 

Voici, ton Rabb connaît les   transgresseurs.

 

 

 

120.     Évitez   l’iniquité apparente ou secrète.

 

Ceux qui pratiquent l’iniquité

 

sont rétribués pour ce qu’ils   commettent.

 

 

 

121.     Ne mangez   pas ce sur quoi

 

le Nom d’Allah n’a pas été invoqué:

 

le dévoiement est là.

 

Les Shaïtâns inspirent à leurs suppôts

 

de contester avec vous.

 

Si vous les écoutiez, vous seriez

 

parmi les associateurs.

 

 

 

122.     Celui qui   est mort, que nous avons ressuscité,

 

et à qui nous avons remis une lumière

 

pour marcher parmi les humains,

 

est-il identique à qui est dans les   ténèbres,

 

et n’en sortira pas ?

 

Les effaceurs d’Allah

 

maquillent ainsi ce qu’ils font.

 

 

 

123.     Nous avons   mis dans chaque cité

 

les plus grands coupables pour qu’ils y   sévissent,

 

mais ils ne sévissent que contre   eux-mêmes,

 

sans en avoir conscience.

 

 

 

124.     Quand un   Signe vient à eux, ils disent:

 

« Nous n’adhérerons pas avant que   nous soit donné

 

ce que reçurent les Envoyés   d’Allah. »

 

Allah sait où placer son Message.

 

Aux coupables, l’humiliation auprès   d’Allah,

 

un supplice immense pour leurs   tromperies !

 

 

 

125.     Allah   dilate la poitrine

 

de celui qu’il veut guider

 

vers la pacification ­ al-Islâm.

 

Il met l’angoisse au coeur

 

de celui qu’il veut fourvoyer,

 

oppressé comme s’il gravissait le ciel.

 

Allah répand l’abomination

 

sur ceux qui n’adhèrent pas.

 

 

 

126.     Voilà le   chemin ascendant de ton Rabb,

 

Nous avons déjà expliqué les Signes

 

au peuple qui l’invoque.

 

 

 

Quart du Hizb Quinze

 

 

 

127.     La demeure   de la paix est à eux chez leur Rabb,

 

Il est leur allié en ce qu’ils font.

 

 

 

128.     Le Jour où   il les réunira tous:

 

« Ô bande de Djinns,

 

vous avez trop abusé les   humains ! »

 

Et leurs suppôts parmi les humains   diront:

 

« Notre Rabb, nous nous sommes   soutenus,

 

les uns les autres,

 

jusqu’au terme que tu nous as   fixé. »

 

Il dira: « Le Feu sera votre asile,

 

là, en permanence,

 

à moins qu’Allah n’en décide autrement.

 

Voici, ton Rabb, sage, savant !

 

 

 

129.     Nous   accordons notre protection à certains fraudeurs

 

pour qu’ils châtient les crimes de   certains autres.

 

 

 

130.     « Ô   bande de Djinns et d’humains,

 

des Envoyés auprès de vous

 

n’ont-ils pas annoncé mes Signes,

 

invoquant pour vous la rencontre,

 

votre Jour que voici ? »

 

Ils diront: « Nous en témoignons

 

contre nous-mêmes ! »

 

La vie du monde les illusionne,

 

et ils témoignent contre eux-mêmes

 

de ce qu’ils effacent.

 

 

 

131.     Ton Rabb ne   détruit pas des cités, par fraude,

 

leurs tentes étant inattentives.

 

 

 

132.     Chacun a le   rang de ce qu’il fait:

 

ton Rabb n’est pas inattentif

 

à ce qu’ils font.

 

 

 

133.     Ton Rabb,   le Magnanime, est doté de matrices,

 

s’Il le décide, Il vous emporte,

 

et vous remplace par d’autres qu’Il   décide:

 

Il vous a engendrés vous-mêmes

 

de la descendance d’un autre peuple.

 

 

 

134.     Voici, ce   qui vous a été promis advient:

 

vous ne le réduirez pas à l’impuissance.

 

 

 

135.     Dis:   « Ô, mon peuple,

 

agissez selon votre condition,

 

j’agis selon la mienne.

 

Bientôt vous saurez pour qui est

 

le châtiment de la Demeure.

 

Les fraudeurs ne sont pas féconds.

 

 

 

136.     Ils donnent   à Allah une part

 

de ce qu’Il fait croître

 

aux cultures et aux troupeaux.

 

Ils disent en leur invocation:

 

« Ceci est pour Allah, et cela pour   nos associés. »

 

Ce qui est pour leurs associés ne   parvient pas à Allah,

 

mais ce qui est à Allah parvient à leurs   associés.

 

Leur jugement est vicieux.

 

 

 

137.     Ainsi, de   nombreux associateurs exaltent

 

le meurtre de leurs enfants sacrifiés

 

pour leurs associés.

 

Il les font périr, travestissant ainsi   leur créance.

 

Si Allah le décidait, ils ne le feraient   pas:

 

laisse-les à leurs illusions.

 

 

 

138.     Ils disent:   « Voilà des troupeaux et des cultures consacrés.

 

Nul n’en jouit sans que nous le   décidions.

 

Ce sont des montures dont les dos sont   interdits,

 

montures sur lesquelles

 

le Nom d’Allah n’a pas été   invoqué. »

 

Tel est le salaire imaginaire

 

de ce qu’ils sont à imaginer !

 

 

 

139.     Ils disent:   « Ce qui est dans le ventre de ces montures

 

est pur pour nos mâles,

 

mais interdit à nos épouses. »

 

Si une bête est morte, ils se la   partagent.

 

Il les rétribue selon leur valeur.

 

Le voici, le Sage, le Savant !

 

 

 

140.     Ceux qui   tuent leurs enfants sont perdus,

 

dans leur stupidité vide de sens.

 

Ils interdisent ce dont Allah les   pourvoit,

 

en un imaginaire dressé contre Allah,

 

fourvoyés déjà, non guidés.

 

 

 

Moitié du Hizb Quinze

 

 

 

141.     Il fait   croître les jardins, en treilles ou sans treilles,

 

les palmiers, les céréales.

 

Ils se nourrissent de leurs variétés.

 

Les oliviers, les grenades, semblables   ou dissemblables:

 

Nourrissez-vous de leurs fruits quand   ils fruitent.

 

Taxez-les le jour de la récolte,

 

ne soyez pas abusifs:

 

Il n’aime pas les abusifs.

 

 

 

142.     Les   troupeaux vous fournissent portage et tissus.

 

Nourrissez-vous de ce dont Allah vous   pourvoit.

 

Ne suivez pas les traces du Shaïtân,

 

le voilà: il est votre ennemi évident.

 

 

 

143.     Parmi les   huit couples, deux d’ovins; deux de caprins.

 

Dis: « A-t-il interdit les deux   mâles, ou les deux femelles,

 

ou ce que renferment les matrices des   deux femelles ?

 

Inspirez-moi en science, si vous êtes   sincères ! »

 

 

 

144.     Parmi les   camelins, deux; parmi les bovins, deux.

 

Dis: « A-t-il interdit les deux   mâles, ou les deux femelles,

 

ou ce que renferme les matrices des deux   femelles ?

 

Étiez-vous témoins quand Allah vous l’a   conseillé ? »

 

Qui fraude davantage que celui qui   imagine, contre Allah,

 

un mensonge pour fourvoyer les humains   sans science ?

 

Allah ne guide pas le peuple des   fraudeurs !

 

 

 

145.     Dis:   « Je ne trouve pas, en ce qui m’a été révélé,

 

d’interdiction concernant la nourriture

 

dont ils se nourrissent,

 

sauf de manger une charogne ou du sang   répandu,

 

ou de la viande de porc.

 

C’est une abomination, un dévoiement

 

de les vouer à un autre qu’Allah. »

 

Qui s’en nourrit par nécessité

 

n’est ni rebelle ni transgresseur.

 

Voici ton Rabb, clément, matriciel.

 

 

 

146.     À ceux qui   judaïsent,

 

nous avons interdit toute bête ongulée.

 

Nous leur avons interdit

 

les graisses des bovins et des ovins,

 

sauf celles de leur dos, ou de leurs   viscères,

 

ou celle qui est attachée aux os.

 

Voilà la rétribution de leur rébellion.

 

Nous sommes justes.

 

 

 

147.     S’ils   t’accusent de mensonge, dis:

 

« Votre Rabb est doté de vastes   matrices,

 

mais son châtiment ne saurait être   détourné

 

du peuple des coupables.

 

 

 

148.     Ceux qui   associent disent: « Si Allah l’avait décidé

 

nous n’aurions pas associé, pas plus que   nos pères,

 

nous n’aurions rien d’interdit. »

 

Les Anciens mentaient ainsi

 

jusqu’à ce qu’ils aient goûté notre   rigueur.

 

Dis: « Est-il chez vous quelque   science ?

 

La manifesterez-vous pour nous ?

 

Vous ne suivez que l’imaginaire:

 

vous n’êtes que conjectures. »

 

 

 

149.     Dis:   « À Allah, l’argument péremptoire !

 

S’il l’avait décidé, il vous aurait tous   guidés ! »

 

 

 

150.     Dis:   « Allons !

 

Vos témoins attesteront-ils qu’Allah a   interdit cela ? »

 

S’ils en témoignent, ne témoigne pas   avec eux.

 

Ne suis pas les passions de ceux qui   nient nos Signes,

 

qui n’adhèrent pas à l’Autre monde,

 

et donnent des Égaux à leur Rabb.

 

 

 

Trois quarts du Hizb Quinze

 

 

 

151.     Dis:   « Montez, je vous avertirai

 

de ce que votre Rabb vous interdit.

 

Ne Lui associez rien.

 

Excellez avec vos parents.

 

Ne tuez pas vos enfants par crainte de   la misère.

 

Nous veillerons à votre subsistance   comme à la leur. »

 

Éloignez-vous des vices, apparents ou   cachés.

 

Ne tuez personne sans droit.

 

Allah l’interdit.

 

Voilà ce qu’il vous ordonne.

 

Peut-être discernerez-vous ?

 

 

 

152.     Ne touchez   pas aux biens des orphelins,

 

avant leur majorité

 

si ce n’est pour leur bénéfice.

 

Remplissez la mesure et pesez avec   exactitude.

 

Nous n’imposons à personne

 

plus qu’il ne peut porter.

 

Quand vous parlez, soyez équitables

 

même pour le bien d’un proche parent.

 

Remplissez le pacte d’Allah, cela, il   vous l’ordonne.

 

Peut-être l’invoquerez-vous ?

 

 

 

153.     Voici mon   chemin ascendant, suivez-le,

 

ne suivez pas les sentiers

 

qui vous séparent de son sentier.

 

Voilà ce qu’Il vous ordonne.

 

Peut-être frémirez-vous ?

 

 

 

154.     Nous avons   donné l’Écrit à Mûssa,

 

perfection de ceux qui excellent,

 

élucidation de toute réalité,

 

guidance et matrice.

 

Peut-être adhéreront-ils

 

à la rencontre de leur Rabb ?

 

 

 

155.     Voici   l’Écrit que nous avons fait descendre.

 

Il est béni, suivez-le et frémissez.

 

Peut-être serez-vous matriciés ?

 

 

 

156.     Direz-vous:   « L’Écrit n’est descendu

 

que sur deux peuples avant nous:

 

voici, nous en ignorons les   enseignements. »

 

 

 

157.     Ou   direz-vous: « Si l’Écrit était descendu sur nous

 

nous aurions été mieux guidés   qu’eux. »

 

Mais l’évidence de votre Rabb

 

vous est déjà parvenue

 

guidance et matrices.

 

Nul ne fraude davantage que le négateur

 

qui se détourne des Signes d’Allah.

 

Nous rétribuons ceux qui se détournent   de nos Signes

 

par le châtiment du supplice dont   plusieurs se détournaient.

 

 

 

158.       Qu’attendent-ils ?

 

Que les Messagers viennent à eux ?

 

Que ton Rabb vienne à eux ?

 

Qu’un Signe de ton Rabb vienne à   eux ?

 

Un jour, un Signe de ton Rabb viendra,

 

mais il ne sera utile pour personne.

 

Alors nul n’adhérera, s’il n’adhérait   avant,

 

ou s’il n’avait acquis le meilleur de   son adhérence.

 

Dis: « Attendez-vous ? Nous attendons ! »

 

 

 

159.     Tu n’es   responsable en rien

 

de ceux qui morcellent leur créance

 

et deviennent sectaires.

 

Leur sort appartient à Allah seul.

 

Il les informera de ce qu’ils faisaient.

 

 

 

160.     Qui vient   avec l’excellence en aura le décuple.

 

Qui vient avec le mal recevra le même   salaire.

 

Nul ne sera fraudé.

 

 

 

161.     Dis:   « Me voici, mon Rabb me guide

 

Posté par modou-diop-thiat à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Commentaires sur COURAN

Nouveau commentaire